Menu

Beauté de l’expression Et magie des mots – Part IV –

Différence entre un grain, une ondée, une saucée, une averse, une giboulée

Un grain (terme maritime) : Vent violent et de peu de durée qui s’élève soudainement et qui est généralement accompagné de précipitations de pluie, de neige ou de grêle. D‘où l’expression « veiller au grain » : Rester prudent, garder un œil vigilent, veiller à toute éventualité.

Une giboulée : Pluie soudaine, quelque fois accompagnée de vent, de grêle ou même de neige, et bientôt suivie d’une éclaircie. « Les giboulées de mars annoncent le printemps. »

Une averse : Pluie soudaine et abondante. Essuyer, recevoir une averse… « Mars qui rit, malgré les averses, prépare en secret le printemps. » (Théophile Gauthier) Né de la dernière averse (ou de la dernière pluie) : Tout récent, tout récemment, manquer d’expérience (s’emploie surtout au négatif : N’être pas né de la dernière averse… de la dernière pluie… ou encore « n’être pas né de la dernière couvée » : Avoir sufisamment d’expérience pour ne pas se laisser berner).

Une ondée : Pluie soudaine et de peu de durée. Le plus proche probablement du « sun shower »* américain… « Être surpris par une ondée. » « Faire une longue épopée d’une simple ondée. »(*On peut également traduire « sun shower » par « pluie de soleil ». Ou encore, comme on peut trouver l’expression dans certains dictionnaires pour dire, de façon assez imagée, qu’il pleut et fait soleil en même temps : « Le diable bat sa femme et marie sa fille. »)

Une saucée Forte pluie, averse qui mouille, trempe.  

Pluie, bruine (petite pluie qui résulte de la précipitation du brouillard), crachin (pluie fine et serrée).
Il pleut, il bruine, il pleuvote, il pleuvasse, il pleuvine, il pluvine, il pleuvoche, il crachine…

Il pleut chiens et chats… Il pleut comme vache qui pisse… Il pleut à verse… à torrent… en abondance… à flot… Il tombe une pluie battante, diluvienne… Il pleut à boire debout. C’est le déluge… (Les expressions imagées sur la pluie sont légions, tant que vouloir les rassembler serait ennuyeux comme… la pluie.)
 

*


C’est quoi au juste un « déjeuner de soleil » ?

Au propre et au figuré

C’est un déjeuner de soleil 
(au propre) : Cette expression, aujourd’hui peu usitée, se dit au propre pour « une étoffe dont la couleur passe rapidement au soleil ». (Et au figuré 🙂 Pour ce qui est éphémère, une chose passagère et précaire (état, sentiment, joie, émotion, gratitude, etc.) qui ne dure pas longtemps et passe comme passe… un déjeuner de soleil.

Cueillette du jour (Jeudi 18 Mars 2010)

Locutions familières
C’est une pelote à épingles : Se dit d’une personne très susceptible, qui a mauvais caractère, ou qui est d’un abord peu facile. Qui pique comme un hérisson, prend la mouche aisément, pour un oui et pour un non.

Expressions… botte, foin, étrier
Graisser ses bottes : Vieille expression pour dire « Se préparer à partir »… Faire ses valises, déferler les voiles.
Mettre, avoir le pied sur l’étrier : Être sur le point de partir.
Être, rester inébranlable sur ses étriers : Être inébranlable dans ses opinions. Être, rester ferme dans ses convictions.
Avoir, mettre du foin dans ses bottes : Être muni de ressources, amasser beaucoup d’argent. « Cette locution, équivalente à celle de 
Mettre de la paille dans ses sabots provient de l’usage de garnir ses chaussures de paille, de foin, pour qu’elles ne blessent pas les pieds. » (Le Petit Littré)
Se quereller à propos de bottes… pour rien, pour des choses insignifiantes, sans valeur. 
« Voilà ce qui s’appelle se quereller à propos de bottes. » (Note de lecture)
Pousser une botte : En terme d’escrime « Pousser sa botte » signifie « Faire une attaque vive et imprévue ». Au figuré, poser une question embarrassante à son interlocuteur, alors qu’il ne s’y attend pas du tout. 
« Et c’est à ce moment là qu’il poussa sa botte à l’invité du programme. » (Note de lecture)
Se tenir droit dans ses bottes : Garder une attitude ferme, avoir la conscience tranquille, ne pas plier, être sûr de soi. 
« Il baisse les bras et plie le front devant l’adversité, mais il reste ferme dans ses bottes. »  
Être à la botte de quelqu’un : Lui obéir sur le champ, être à sa disposition absolue.
Cirer, lécher les bottes à quelqu’un : Le flatter servilement. 
Bête à manger du foin 
(de la paille, de l’avoine) : Être très stupide, « être bête à pleurer ». 
Botte de foin, meule de foin…

Cette idée me trotte par la tête depuis des semaines… Elle trotte dans ma tête, me hante, me tenaille, me travaille depuis quelque temps.

Synonymes de rusé
Madré 
(paysan madré), futé, matois (un vieux paysan matois).

Sein, téton, mamelle, poitrine
Mamelon : Bout du sein chez la femme. 
Tétin 
(vieilli) : Mamelon.
Aréole 
(fém.) : Petit cercle coloré autour du mamelon de la femme.
Téton : Sein, mamelle. 
« Elle n’a ni fesses ni tétons. » (Flaubert) 
Une tétonnière : Se dit d’une femme qui a une grosse poitrine.
Mamelle : Sein chez la femme et les animaux. Le premier âge chez l’homme… 
« L’éducation que reçoit un homme à la mamelle influe jusque sur sa décrépitude. » (Bernardin de St-Pierre) « Les douze mamelles de la truie. »
Mamelu : Se dit plaisamment pour une femme 
(ou encore un homme) qui a de gros seins. « Un gros mamelu, une grosse mamelue. »
Téter : Sucer le lait de la mamelle 
(en parlant de l’enfant et du jeune animal)« Cet enfant a tété plusieurs laits… » : Il a eu plusieurs nourrices. (Le Petit Littré)

Pignocher : Grignoter sans appétit, manger du bout des dents ou par petits moceaux… Peindre à petit coups de pinceaux en employant une facture minutieuse et soignée 
(fignoler, lécher, pignocher un tableau, une toile…)

Pignon
 : Graine de la pomme de pin ou pigne. L’amande de ce fruit est également appelée « pistache ». Terme technique pour désigner une laine de qualité médiocre (séparée de la laine fine en cardant celle-ci… voir à ce propos le terme Riflard : La laine la plus longue et la plus avantageuse d’une toison). Terme d’architecture : La partie triangulaire et suppérieure d’un mur ou d’une façade qui supporte la charpente du toit des anciennes constructions… 
(À développer prochainement)

Lancer des « piques critiques » d’une âpreté assassine. (Note de lecture)

« Je ne me 
souviens plus aujourd’hui du but… Il y avait sûrement une bonne cause à la clé » (ou « au départ »). (Note de lecture : Je l’aimais, Anna Gavalda) 

… comme un poisson qui s’esquive toujours, et « vous échappe des doigts » (et « vous glisse entre les mains ») (Ibidem)

Greluche 
(fém.) : Jeune femme sotte ou aux mœurs légères.
Greluchon 
(masc.) : Sens vieilli, amant de cœur d’une femme ou d’une courtisane entretenue par un autre homme, un amant ou des clients de passage. Synonyme de gigolo.

Godiche
 
(adj.) : Sot, niais, maladroit. (Qu’il est godiche : Qu’il est gauche, maladroit.) S’emploie aussi substantivement… C’est une vraie godiche, cette fille (ou ce garçon) : une vraie sotte, un grand niais !

Trouver la meilleure
 approche (démarches prises pour arriver à un but)… la bonne accroche (dessin, slogan publicitaire destiné à « accrocher » l’attention du client)… 

Notes de lecture
Tu ne vas pas t’en tirer à si bon compte… Il en tire quelque vanité… Tirer vanité, faire vanité, prendre vanité d’une chose… s’en glorifier ! 
« La vertu n’irait pas si loin, si la vanité ne lui tenait compagnie. » (LaRochefoucauld, Maximes et Réflexions morales) 
« Une once de vanité gâte un quintal de mérite. » (Proverbe)

Le beau portrait que me prête un zoïle… Critique injuste et envieux. (Du grec Zôilos : Nom d’un critique d’Alexandrie détracteur d’Homère – Le Petit Robert.)

Cherche-toi un adversaire à ta taille : Expression arabe pour dire « ne fais pas le brave avec moi, qui suis sans défense ». Mesure-toi à quelqu’un de ton niveau.

Nacelle, ballon, parachute… Coupole, voilure, cororolle d’un parachute…

De guingois (locution adverbiale) : De travers, qui n’est pas droit, est très mal fait ou qui s’écarte de ce qui devrait être.

Il y a du guingois dans cette construction (dans cette affaire, dans ce bureau) : Il y a quelque chose qui ne semble pas droit, qui cloche, a l’air de travers.

Avoir l’esprit de guingois : Avoir l’esprit de travers, tordu.

Aller, marcher de guingois : Aller de travers, marcher obliquement, en crabe. « Tout va de guingois. » (Victor Hugo) : Tout va mal. « Les affaires vont de guingois depuis que l’ancien patron a pris sa retraite. » « Les rues du vieux Montréal avec ses façades et ses pavés de guingois rivalisent de charme avec les plus beaux quartiers de la ville. » (Notes de lecture)

Un regard de guingois : Regard oblique.

Regarder une personne ou quelque chose de guingois : La regarder obliquement, de travers. « Il pousse la porte sans frapper, me regarde de guingois, un bout de sourire au coin des lèvres. C’est sa façon d’afficher sa satisfaction. » (Yasmina Khadra, L’Attentat)


Avoir le cœur sur la main (expression empruntée de l’arabe méditerranéen) : Être généreux. L’équivalent français de Être tout cœur… très généreux, plein d’affection, de dévouement.

Avoir le cœur sur les lèvres (expression d’origine arabe) : Être franc et sincère, qui ne sait rien cacher.

Avoir le cœur au bord des lèvres : Se sentir mal, avoir la nausée ou avoir envie de vomir.

 

« Mains froides, cœur chaud. » (Proverbe français)
« Une parole venue du cœur tient chaud pendant trois hivers. » (Proverbe chinois) « Maison de paille où l’on rit vaut mieux que palais où l’on pleure. » (Proverbe chinois)

  Pensée du jour

On est tous des moutons parce qu’on est tous des loups… (Awakel) 
L’homme est un loup pour l’homme. (Thomas Hobbes)
« Il n’est rien de tel que d’être en foule pour n’avoir plus le sens commun. Cent sages font un fou, et cent moutons un loup. » (Romain Rolland, Colas Breugon)

Locutions et expressions du jour
Un vieux loup de mer : Un vieux marin expérimenté.
Un jeune loup : Un jeune arriviste (mais qui a encore beaucoup à apprendre). Politcien jeune et ambitieux (Le Petit Robert).
Être connu comme le loup blanc : Être très connu.
Se jeter dans la gueule du loup : S’exposer à un grand danger.
Tenir le loup par les oreilles : Ne pas savoir quel parti prendre.
« Mon gros loup ! », « Mon petit loup ! » : Termes d’affection.
Marcher à la queue leu leu (à l’origine « marcher à la queue du loup le loup ») : Marcher l’un derrière l’autre, en « file indienne ».

   Cueillette du jour (Jeudi 25 Mars 2010)

Il a tout se que souhaite son cœur à gogo : En abondance.
Un gogo : Un naïf, ou comme on dit encore familièrement un pigeon… se dit généralement de quelqu’un qui se laisse facilement berner, et plus particulièrement d’un homme qui se laisse facilement duper en affaires. « Votre proposition, c’est bon pour les gogos. » « Ce que vous proposez là, même un gogo ne s’y laisserait pas prendre. » 
Quel gogo : Quel idiot ! Quel pigeon ! Ce qu’il est naïf 
(il se fait avoir facilement) !
Dire des goguettes : Des propos licencieux ou simplement joyeux.
Être en goguettes (ou être en ses goguettes) : Être de bonne humeur.
Se mettre en goguettes : Se griser un peu, faire la fête.
Dire des goguettes : Des propos libres, joyeux ou licencieux.
Chanter goguettes à quelqu’un : Lui dire des injures, des choses offensantes et fâcheuses.
Une goguette : Festin où règne la liberté de la parole et des manières.
Égrillard 
(adj.) : Grivois, licencieux… d’une gaité un peu trop libre. Des chansons égrillardes (avec des mots osés, des sous-entendus licencieux). Une mine égrillarde, un ton, un air, un regard égrillard (ton, air, mine de luron, de libertin… Qui a quelque chose d’un peu trop vif, de grivois)

« Des soldats en goguette 
(un peu émoustillés) chantaient des refrains égrillards. » (Dictionnaire du français vivant, Bordas) « Dans la rue du port, chantaient des matelots en goguette. » (Note de lecture)

Copyright © 2009 Georges H. Chakkour – Tous droits réservés