Menu

L’ancre dorée du Bien-Aimé

Quand l’espoir vint mouiller-là son ancre dorée

en mes rivages,

toute la surprise du monde en moi oscilla,

comme soudain au spectacle charmant!

d’une averse de roses et de dahlias!

 

Plus tard, à l’automne, il larguait ses amarres

aux premiers rayons du jour…

et le ciel se crispa en moi désespoir infini,

versant tout le suc velouté de la mélancolie,

dans un calice déjà amer,

et me dit:  « Bois!… »

 

Maintenant, aucune félicité plus ne me tente!

Aucune fleur d’oasis!

Aucun chant d’avril!

Aucun appel à la renaissance lancé par le mois de mars!

Aucune fête de juin qui célèbre ton nom!

Aucune vendange d’automne dionysiaque!

Aucun printemps qui peut encore traverser mes jours!

Chaque rose,

chaque fleur,

chaque fruit d’été,

chaque raisin mûr cueilli en mémoire de ton vin,

pour peu que je promène mon regard

sur leurs bourgeons nouvelets,

caressent en moi ce souvenir douloureux d’hier!

        

Oh! ton ancre dorée!

qui l’aurait su jamais deviner?!

À mes rivages n’a laissé,

hélas!

que l’insondable désir de mélancolie!

Amertume

Nous sommes l’un de l’autre,
– étoiles du silence! –
Je suis de toi,
– pouvoir sidéral! –
Et vous rêves! rêves!
Comme l’eau d’une fontaine,
nous sommes l’un de l’autre
– amertume! –

Lire le poème»

Au bout de l’espoir

Ô Poésie!
Toi qui ne chantes que la vie et l’amour en l’homme,
allons retrouver l’aube,
au bout du long chemin,
retrouver l’aube au bout de la lutte!
Voici nos chants!
Voici notre sang!
Voici nos rêves, nos peines et nos diamants!

Lire le poème»

Au clair de l’apocalypse

Dans mon rêve le plus profond
je te vis!
– Dahesh! –
Tu étais au-delà du Monde,
siégeant comme une vision de jaspe et de cornaline,
sur un Trône de diamants et d’émeraudes.
Tes Six Anges se tenaient trois à ta droite, et trois à ta gauche!
Un Séraphin de ton Armée céleste s’avança,
tenant une balance prête dans la main.
Quand tu lui fis signe,
il se pencha et cueillit le Monde,
comme un fruit mûr sur la branche du Temps;
et le posa sur un des plateaux éclatants de la balance.

Et puis il le pesa…

Lire le poème»

C’était hier

Hier, en passant près de ma demeure,
tu es venu t’asseoir à l’ombre de mes jardins.
Tu as mangé de mes fruits;
et dans le silence de ton coeur,
tu a béni mes arbres et mes rameaux.
Depuis ce jour mémorable,
j’ai tracé de nouvelles allées
parmi l’herbe tendre et les fleurs odorées.
Et ma tristesse me tourmente
– sans cesse –,
car en mon coeur quelque chose me dit,
qu’avant longtemps,
tu ne reviendras plus mêler ton ombre
aux ombrages que tu as bénis.
Tes traces sont encore partout vivantes;
aucun pas d’ami n’est venu les effacer.
Car parmi l’herbe verte et les feuillées fleuries,
j’ai emprunté de nouveaux chemins.
Et chaque matin je me lève avec l’aube,
et nettoie la poussière des étoiles,
qui tombe les effleurer;
et je prie le Ciel que tu reviennes,
en baisant, comme elle,
ô Dahesh!
ton passage qui m’a béni.

Lire le poème»

Cendres

Demain je serai un peu de cendres
dans la main de la nuit!
Demain je serai un chant muet
au sein d’une corolle!
Mais Ton souffle ressuscitera ma joie,
et les abeilles messagères
butineront dessus ma fleur!

Lire le poème»

Copyright © 2009 Georges H. Chakkour – Tous droits réservés